La première saison de F1 de Gilles Villeneuve !

C’est en 1977 que Gilles Villeneuve effectue ses premiers coups de volant dans la catégorie reine, la Formule 1. Au volant du troisième véhicule que possédait l’écurie McLaren lors du Grand Prix d’Angleterre à Silverstone. Tel que mentionné lors du précédent article, Gilles a eu la chance de courir au sein de la légendaire écurie de Woking grâce à une recommandation du champion en titre de l’écurie, un certain James Hunt.

La voiture pilotée par le Berthelais n’est nul autre que la McLaren M23, cette même McLaren M23 ayant permis aux pilotes tels que Fittipaldi et Hunt de goûter au titre. La M23 est déjà rendue à sa quatrième année de service. L’écurie McLaren utilise en effet ce véhicule depuis déjà 4 saisons. La M26 devrait sortir de l’usine anglaise d’ici la fin de l’année 1977. Malgré que la M23 commence à montrer des signes de l’âge, elle demeure tout de même le véhicule le plus puissant piloté à ce jour par le québécois. Le véhicule est équipé d’un moteur V8 Cosworth développant 470 chevaux vapeurs et il ne pèse qu’environ que 575 kilogrammes. À l’époque, les monocoques de Formule 1 n’étaient pas bâtis en fibre de carbone, les matériaux utilisés se voulaient principalement l’aluminium qui ne détient pas le même niveau de solidité lors d’un impact.

Gilles Villeneuve fut embauché par le directeur de l’époque, Teddy Mayer, pour le Grand prix de Grande-Bretagne se déroulant sur le légendaire circuit de Silverstone. Le numéro qu’abordait le véhicule de Gilles était le numéro 40. Malgré son peu d’expérience en formule 1 le Berthelais se qualifia à la neuvième place. Lors du Grand prix, le canadien occupait la quatrième place avant que son véhicule subisse des ennuis mécaniques. Gilles Villeneuve terminera donc son premier Grand prix à la 11e place. 

Teddy Mayer décida de ne pas resigner le québécois en vue des prochains Grand prix de la saison, mais la performance de Villeneuve ne passa pas inaperçue. L’emblématique patron de Ferrari, Enzo Ferrari fut marqué par le talent naturel de Gilles Villeneuve qui lui fit rappeler un certain Tazio Nuvolari (un pilote italien d’avant-guerre effectuant des dérapages contrôlés pour entamer les virages plus rapidement) qui avait un style de pilotage similaire à Villeneuve. Ce dernier lui proposera d’effectuer un test sur le circuit officiel de l’écurie à Fiorano. Après un test concluant, Gilles Villeneuve effectuera les deux derniers Grand Prix de la saison 1977 en abordant fièrement le Rosso Corsa (rouge emblématique de la marque). Il participa donc, au Grand Prix du Canada qui se déroulait jadis au circuit de Mosport en Ontario et au Grand Prix du Japon qui a eu lieu à l’époque au Fuji Speedway. Le canadien obtient une douzième place à son premier Grand Prix du Canada et ne fut pas en mesure de compléter le Grand Prix du Japon suite à un accrochage au 5e tour avec la Tyrrell P34-B de Ronnie Peterson. Cet accident coûta malheureusement la vie à deux personnes qui étaient derrière les barrières de sécurité.

Malgré une première saison qui se termina de façon dramatique, Gilles Villeneuve demeura au sein de l’écurie italienne pour l’année 1978.